De rencontres de voyageurs en soucis mécaniques…

Vu le coût des ferrys nous choisissons de contourner les fjords par la route pour rejoindre les Iles Vesteralen. Malheureusement le soleil nous quitte déjà alors que nous commencions juste à nous habituer à lui ! D’épais nuages viennent le cacher et aussitôt nous reperdons 10 degrés. C’est le 19 juillet, Lola termine ses évaluations et nous sommes enfin en vacances d’été en Norvège ! Il était temps qu’elles arrivent pour tout le monde ! Lola a eu du mal à se motiver pour cette semaine de révisions et de contrôles mais elle passe sans problème en 4ème et Pablo commencera haut la main son CP à la rentrée qui sera fin août… Ce matin c’est avec un couple d’Italiens que nous échangeons sur les bienfaits du voyage pour les enfants mais aussi pour tout un chacun. Eux sont partis à moto pour un long voyage de noces qui les mènera en Iran puis au Pakistan avant de rejoindre l’Asie du sud et plus si affinités…

Iles Vesteralen (1)Iles Vesteralen (4)Iles Vesteralen (7)

Le gros rocher en face de la belle plage de Bleik abrite de nombreux oiseaux marins dont une grande colonie de macareux. Mais tout comme pour les excursions aux baleines depuis le petit port d’Andesnes, les prix sont vraiment exagérés ( 110€/adulte et 70€/enfant).

Iles Vesteralen - Andesnes (6)Iles Vesteralen - Andesnes (10)Iles Vesteralen - Andesnes (11)Iles Vesteralen - Bleik (15)Iles Vesteralen - Bleik (10)Iles Vesteralen - Bleik (13)Iles Vesteralen - Bleik (18)Iles Vesteralen - Bleik (19)Iles Vesteralen (11)

A l’autre bout des Vesteralen, nous avons rendez-vous avec une autre famille de voyageurs : les Patabul ! Carole et Charles sont partis pour un tour d’Europe en 180 jours avec leurs deux enfants, Jasmine et Augustin. Nous parlons d’eux depuis l’Italie où nous nous étions loupés à deux reprises, alors tout le monde est impatient ! Quelle n’est pas notre surprise de voir leur plaque d’immatriculation vendéenne ! Et la surprise ne s’arrête pas là puisqu’ils habitent à 10 minutes d’où nous vivions et que Carole et Elodie ont même été collègues de 2012 à 2014 sans le savoir ! Bref, l’accroche est rapide, le beau temps revient et tout le monde est partant pour une partie de pêche ! Rapidement on discute, on rit et on joue comme si on se connaissait depuis toujours ! Et en plus la pêche est bonne, Miguel et Charles remontent une douzaine de gros maquereaux qui nous feront plusieurs repas !

Iles Vesteralen - Sigerfjord (3)Iles Vesteralen - Sigerfjord (11)Iles Vesteralen - Sigerfjord (13)Iles Vesteralen - Sigerfjord (14)Iles Vesteralen - Sigerfjord (17)Iles Vesteralen - Sigerfjord (19)

L’autre record c’est l’heure du coucher : 3 h 30 (on dirait pas sur les photos ci-dessous) les nuits sont de plus en plus courtes !

Iles Vesteralen - Sigerfjord (27)Iles Vesteralen - Sigerfjord (29)

Le lendemain, après un réveil très tardif, on est un peu décalé ! Pablo et Augustin ne se quittent plus et s’inventent des histoires pendants des heures ! Lola transforme le reste des maquereaux en filets puis ramasse des moules et des palourdes. C’est grâce à elle que nous mangeons ! Quand vient l’heure des séparations, nous nous amusons à faire la traditionnelle photo de groupe mais on est loin d’être synchros ! Nous nous souhaitons tout de bon dans nos aventures respectives sans savoir qu’on va se revoir beaucoup plus tôt que prévu…

Iles Vesteralen - Sigerfjord (32)Iles Vesteralen - Sigerfjord (37)Iles Vesteralen - Sigerfjord (41)Iles Vesteralen - Sigerfjord (48)Iles Vesteralen - Sigerfjord (50)

Pour atteindre le petit village de Nyksund la route devient piste sur les 10 derniers kilomètres, ce qui renforce l’impression de “bout du monde” quand on y arrive. L’interminable coucher du soleil nous fait encore veiller et lever tard… C’est si bon cette lumière !

Iles Vesteralen - Niksund (20)Iles Vesteralen - Niksund (5)Iles Vesteralen - Niksund (10)Iles Vesteralen - Niksund (4)Iles Vesteralen - Niksund (15)Iles Vesteralen - Niksund (14)

Alors le lendemain c’est un peu dur pour les enfants de se remettre en jambe pour une randonnée annoncée pour 3 heures dont nous ne ferons finalement que la moitié  (mais en 3 heures quand même) ! Il faut dire que sans le savoir, nous avons commencé par la partie la plus difficile. Nos jambes ne sont même pas chaudes qu’il faut déjà grimper pendant une heure, et puis nous avons perdu l’habitude ! Mais la vue est époustouflante ! Ya pas à dire, quand le soleil est là, les lacs et la mer sont vraiment bleus et les montagnes vertes ! Finis les tons gris-blancs !

Iles Vesteralen - Niksund (22)Iles Vesteralen - Niksund (26)Iles Vesteralen - Niksund (33)Iles Vesteralen - Niksund (28)Iles Vesteralen - Niksund (29)

Après notre abandon nous rejoignons donc le village de Sto en camping-car plutôt qu’à pied et reprenons le sentier qui longe le littoral pour atteindre une grande crique réputée pour sa belle plage de sable fin cernée de haute montagnes. Avec 20 degrés de plus on pourrait se croire sous les Tropiques !

Iles Vesteralen - Sto (1)Iles Vesteralen - Sto (6)Iles Vesteralen - Sto (14)

En chemin, nous apprenons que les Patabul sont revenus au bivouac où nous nous sommes rencontrés car ils ont un problème sur leur camping-car et doivent attendre lundi qu’un garage ouvre. Ca tombe “bien” c’est sur notre route pour quitter les Vesteralen et nous y avons oublié notre corde à linge et l’arc de Pablo, gentiment mis de côté dans un buisson par un couple de Français! Nous pouvons donc passer une autre soirée ensemble. Les enfants se sautent au cou ! Miguel jette un œil sous le capot de Patabul mais ne peut rien faire car il manque un joint et forcément personne n’en a de ce diamètre là ! Un garage leur réparera ça dès le lendemain matin.

Iles Vesteralen - Sigerfjord (53)Iles Vesteralen - Sigerfjord (54)

A croire que les séparations ne nous réussissent pas car quelques heures après s’être dit au-revoir c’est à notre tour de déceler un problème sur Merlin, et pas des moindres. Miguel est décomposé en annonçant au reste de la troupe qu’un longeron du châssis est fendu. Notre arrivée sur la péninsule de Senja est plutôt gâchée. C’est dimanche, nous aussi allons attendre qu’un garage ouvre demain. L’ambiance est morose. On va se changer les idées au parc pour enfants.

Ile de Senja (1)Ile de Senja (5)

Le lendemain nous cherchons un soudeur car l’urgence c’est de colmater la fissure pour que cela ne s’aggrave pas et que l’on puisse continuer à rouler. De somptueux décors défilent sous nos yeux tandis que nous avons l’esprit occupé par cette réparation.

Ile de Senja (7)Ile de Senja (10)Ile de Senja (14)Ile de Senja (18)Ile de Senja (23)

Le premier soudeur refuse catégoriquement de toucher au châssis. En Norvège comme en France ce genre d’intervention n’est pas autorisée et il nous explique gentiment qu’il est désolé mais qu’il ne peut pas prendre la responsabilité de faire ça… si jamais il nous arrivait quelque chose par la suite, il pourrait être poursuivi… Au deuxième soudeur, Miguel présente les choses un peu différemment en lui disant qu’on a eu Mercedes au téléphone et qu’il faut ressouder la fissure pour qu’on soit plus tranquille le temps de rejoindre le prochain garage Mercedes à 200km de là. Il accepte, nous voilà rassurés momentanément. Nous avons bien appelé Mercedes en Vendée, ils sont surpris que ça arrive sans qu’il n’y ait eu d’accident ! Miguel (qui ne fait que penser à ça) se dit que ça vient peut-être des amortisseurs supplémentaires qu’il a installés, en plus de notre surcharge pondérale. Quoi qu’il en soit, c’est quand même la troisième douche froide que nous prenons avec Merlin et la confiance n’est plus là. La première avait été le turbo qui avait lâché, la seconde le changement des fusées et maintenant le châssis… nous allons croissant dans les dépenses ! Sauf que là, le changement d’un longeron reviendrait plus cher que le porteur lui-même, alors on n’y pense même pas ! Non, la seule solution est de faire renforcer le châssis, l’idéal dans un pays où la main d’œuvre coûte moins cher qu’ici (de toute façon en Norvège ils n’accepteraient pas de le faire). Donc il n’y a plus qu’à espérer que la soudure tienne d’ici là…

Ile de Senja (6)Ile de Senja (22)

Nous arrivons au bord d’une superbe plage où chacun peut planter sa tente ou son camion et vaquer à ses petits plaisirs. C’est une de ces trop rares journées en Norvège où nous pouvons nous mettre en tee-shirt et en short, les enfants eux, passent direct au maillot de bain! Pablo arrive même à se baigner dans la Mer de Norvège ! Lola disparait tout l’après-midi près des rochers où elle pêche un nombre incroyable de crabes et de petite soles ! Ah qu’il est bon d’être un enfant et de profiter naturellement de l’instant présent ! Nous avons beaucoup plus de mal à le faire et n’arrivons pas à nous sortir la tête des problèmes mécaniques. Nous sommes actuellement en pleine réflexion au niveau de la Russie car les démarches pour le visa ne sont pas évidentes. On se dit qu’il faudrait peut-être faire refaire le châssis là-bas car vu l’état des routes, pas sûr qu’il tienne le cout. Mais si on obtient nos visas ils ne seront que d’un mois, ce qui est déjà court alors si en plus on doit s’immobiliser pour la réparation… Nous en sommes là/las de nos réflexions, et comme souvent quand nous avons un coup de mou, nous rencontrons des personnes pour nous changer les idées ! Cette fois c’est tombé sur Fred et Ophélie, de grands baroudeurs à vélo couché, partis depuis 15 mois et ayant parcouru de nombreux pays d’Asie, le Japon et la Russie… Avec eux nous repartons dans nos rêves de voyageurs et la pause café se prolonge en une pause coiffeur pour se terminer en une pause tisane jusqu’à ce que le soleil ait disparu derrière les montagnes sans pour autant se coucher.

Ile de Senja (28)Ile de Senja (30)Ile de Senja (33)Ile de Senja (36)

Le lendemain ils reprennent la route non sans nous avoir laissé leur petit guide pour apprendre le russe, est-ce un signe pour que nous allions dans ce pays ?? En tout cas nous avons bien rigolé en leur compagnie et pour prolonger le plaisir nous avons parcouru leur blog qui est écrit avec beaucoup d’humour www.partirlespiedsdevant.com (avec pour slogan : “mieut vaut aller crever loin de chez soi”, ça ne s’invente pas !), dont je ne peux que vous recommander la lecture, ça fait du bien !

Ile de Senja (39)

Nous saluons une famille de trolls toute entière avant de quitter la belle péninsule de Senja.

Ile de Senja (42)Ile de Senja (54)Ile de Senja (57)Ile de Senja (58)Ile de Senja (61)

Nous sommes sur la route de Tromso où nous avons prévu une journée intendance demain (courses, laverie et vétérinaire) quand nous recevons un appel des Aventurix, une autre famille de voyageurs. Les Patabul nous avaient mis en contact car nos chemins risquaient de se croiser. En effet nous sommes 30 km d’eux mais ils n’ont pas prévu de se rendre à Tromso qui est une impasse. Comme ils nous assurent qu’on pourra laver notre linge plus haut et qu’on trouvera un vétérinaire sur Alta, nous changeons de programme et les rejoignons ! Jérôme et Angéline nous accueillent autour d’un feu avec du Pastis et du Coteaux du Layon. Marius et Pablo jouent aux Légos et aux Playmobils. Léonie et Lola ramassent des moules et des palourdes, parfait pour le barbecue car il y a longtemps qu’on a abandonné les grillades de viande, toujours à cause des prix exorbitants… A nouveau la soirée se prolonge dans la nuit à discuter et échanger quelques bons bivouacs puisque nos routes sont inversées, suivez la leur sur : www.touretdetoursverslecapnord.wordpress.com !

Rencontre avec les Aventurix (2)Rencontre avec les Aventurix (5)Rencontre avec les Aventurix (9)Rencontre avec les Aventurix (13)

Miguel change nos pneus avants, à leur tour usés prématurément à cause du poids et d’une qualité médiocre. Seulement un des pneus de rechange est déformé et nous fait vibrer dans tous les sens. Après quelques dizaines de kilomètres Miguel préfère à nouveau changer ce pneu mais il va maintenant falloir penser à en acheter des nouveaux car ils sont tous usés.  Pour continuer dans la série des soucis, la vitre du rétroviseur côté passager se décolle et se fracasse en mille morceaux sur la route : mais ça va s’arrêter quand ? Une chose au moins se met bien c’est le vétérinaire pour Voyou. Il s’agit seulement de faire son rappel de vaccin contre la rage et on nous prend rapidement.

Les falaises qui entourent le musée d’Alta sont classées au Patrimoine mondial car elles sont recouvertes de quelques 6000 gravures rupestres qui datent de 2000 à 6000 ans. Elles représentent des scènes de vie quotidienne pour les chasseurs piégeurs qui ont habité la région depuis tout temps. Celles qui sont peintes sont beaucoup plus lisibles que les gravures simples. Le cadre est somptueux.

Alta - gravures rupestres (3)Alta - gravures rupestres (6)Alta - gravures rupestres (9)Alta - gravures rupestres (11)

La récente cathédrale d’Alta, dont l’architecture s’inspire de la forme d’une aurore boréale, se détache sur un beau ciel bleu. Malheureusement c’est la dernière fois que nous verrons le soleil en Norvège !

Alta (4)Alta (5)

En effet nous entamons la “montée” vers le Cap Nord pleins d’espoir car il a fait beau toute la journée… mais rapidement les nuages arrivent et d’un seul coup un épais brouillard envahit tout.

En route vers le Cap (2)En route vers le Cap (4)En route vers le Cap (5)En route vers le Cap (9)P1070711

Nous nous garons sur le parking gratuit à 6km de celui du Cap qui nous couterait 65€ les 24h pour voir du brouillard! Oui, on peut le dire ce parking est vraiment une belle occasion pour se faire du fric sur le dos des touristes car il n’offre aucune commodité. L’accès au Cap et au centre des visiteurs est gratuit pour ceux qui viennent à pied ou à vélo ! Nous pensions faire l’aller-retour à pied et attendons donc le lendemain voir si le temps change. Mais au réveil le brouillard est toujours là. Nous patientons autour de plusieurs cafés avec nos voisins, des Bretons qui en sont à leur 6ème venue en Scandinavie ! Cette fois avec leur fille et leur neveu. Ils se plaisent ici, le climat est quasi le même que chez eux !

P1070762

Les heures passant on se dit qu’on ne peut pas aller au Cap à pied, c’est trop dangereux sur la route avec ce brouillard. Miguel et Bruno qui ne sont pas plus tentés que ça pour aller sur ce point touristique, se proposent de déposer le reste de la troupe et de revenir les chercher, quand ils auront fini de parler surcharge pondérale (des camping-cars) ! En repartant, ils prennent en stop un jeune autostoppeur français avec lequel ils discutent tout un moment. Au Cap Nord, heureusement qu’il y a les panneaux et le fameux globe pour nous rappeler où nous sommes car vraiment on ne voit que du blanc ! Impossible d’apercevoir l’océan arctique… ça gâche un peu la fête, mais c’est comme ça. Et dire que la semaine d’avant les Patabul et les Aventurix ont eu un grand soleil ici ! si vous voulez des photos plus lumineuses, allez voir sur leur site ! mdr !

P1070714P1070716P1070754P1070757P1070732P10707600

Nous quittons les Bretons et la péninsule du Cap comme nous sommes venus, dans le brouillard et le froid ! Ah tient, notre chauffage/chauffe-eau ne fonctionne plus, la mauvaise série ne s’arrête donc pas…  Bien sûr ce climat accentue l’effet mystérieux de cet univers minéral. Mais on aurait bien aimé aussi profiter de ces petits villages du bout du monde et faire quelques promenades dans cette nature sauvage.

P1070763P1070779P1070784P1070788P1070805P1070807P1070811

Nous avons tout de même le plaisir de croiser des troupeaux de rennes en bord de route. Nous sommes ici en plein coeur du territoire Sami ou Lapon comme on disait avant mais ce terme est devenu péjoratif pour désigner ces éleveurs de rennes, les plus anciens habitants ces lointaines contrées…

P1070791P1070794P1070800P1070831

Notre dernière étape norvégienne est pratico-pratique. Il devient urgent de laver notre linge et grâce aux Aventurix nous avons trouvé LE bon plan ! Un petit camping pas cher avec une machine à laver et un sèche-linge à disposition gratuite ! Avec  les sept tournées que fait Elodie dans la journée et autant de sèche-linge, autant vous dire que c’est vraiment une bonne affaire pour nous ! Miguel, lui, tente en vain de de remettre le chauffage Webasto en route. Pour nous réchauffer, c’est soirée gaufres, comme à chaque fois que nous avons du 220V (mais ça faisait presque 3 mois !). Alors que nous n’allons jamais au camping et lui non plus, nous tombons nez à nez avec Quentin, le jeune autostoppeur rencontré au Cap ! Il a été pris en stop par des Finlandais qui l’ont amené dans ce camping et offert son emplacement ! Il voyage comme ça depuis 3 semaines, et vu tout ce qui lui est arrivé, on se rend compte qu’on peut compter sur la solidarité en Europe aussi… Surtout quand on dégage autant de bonne humeur que lui. Car Quentin c’est un concentré de dynamisme, de positivisme et de maturité incroyable ! Se prendre en main comme ça à 20 ans, bravo ! Bon vent, bonnes études, et tout et tout !

P1070819P1070837

Nous quittons la Norvège comme il se doit, sous la pluie et la barrière des 10 degrés ! Nous l’avons parcourue pendant 6 semaines sur près de 5000 kilomètres ! Et encore nous n’avons même pas fait le sud du pays ! Il nous restait aussi une autre région à explorer, sûrement la plus sauvage car la plus reculée, celle tout à l’est, à la frontière russe. Mais ils annoncent encore du mauvais temps et nous n’avons plus le courage de patienter ! Nous l’avons déjà fait à de nombreuses reprises sans pour autant être récompensés… Et oui, le mauvais temps peut durer longtemps par ici ! Vous l’aurez donc compris, malgré la beauté des paysages nous retenons aussi que nous n’avons eu que 9 jours sans pluie et sommes trop rarement passés au-dessus des 15 degrés ! Une autre raison fait aussi que nous n’avons plus le temps d’attendre en Norvège, c’est que les parents d’Elodie viennent nous rejoindre à Helsinki dans 15 jours. Tout le monde est impatient, les enfants cochent le calendrier depuis longtemps déjà ! 6 mois sans voir papy et mamie c’est long… Allez, en route vers eux et vers la Finlande ! Clignement d'œil

Norvège itinéraire

Vie quotidienne (2)

16 commentaires sur « De rencontres de voyageurs en soucis mécaniques… »

  1. Salut les Plem’
    Je lis votre blog à Julien sur les longues routes canadiennes. Nous traversons d’ouest en est vers New-York….grâce et avec vous nous faisons un deuxième voyage. Russie ? C’est marrant, c’est aussi dans nos cartons…pour une traversée jusqu’à Vladivostok ! On vous embrasse et croisons les doigts pour que les soucis avec Merlin s’arrêtent.
    Les Vagueauvent

    Aimé par 1 personne

  2. C’est amusant de vous voir avec les Patabul 😀 A l’heure où je vous écris, il pleut en Russie. J’espère que Merlin va reprendre du poil de la bête, on sait ce que c’est de ne plus avoir confiance en son véhicule et c’est vrai que ça pèse. Je croise les doigts pour vous ! On vous envoie plein de bisous !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou ! Et oui c’est cool ces soirées entre voyageurs ça rebooste toujours ! Mais effectivement ça ne suffit pas à redonner confiance dans ce satané véhicule qui est aujourd’hui notre seule maison, grrr ! À bientôt en Finlande 😘😘

      J'aime

  3. Bon courage à vous, on lit vos aventures avec grand plaisir ! Dommage pour tous ces soucis rencontrés depuis le début, on espère que la série noire va s’arrêter.

    Les ours (bientôt) en vadrouille

    Aimé par 1 personne

  4. pffff ça fait mal de voir ces soucis mécaniques….Je sais trop l angoisse que vous devez ressentir, les interrogations et les remises en questions. Tenez bon le vent va tourner, le soleil va revenir, Papy et Mamie aussi, et nous on pense très fort à vous tous les jours,
    vous nous manquez.

    J'aime

  5. Coucou les amis !
    Que de galères madre mía ! ! Mais il faut moral garder ! Si ça peut vous rassurer j’ai dû changer le moteur de ma voiture (€€€€) et je roule sans clim car le condenseur est mort mais je refuse de dépenser encore, on a un gros dégât des eaux dans la baraque et il fait un temps pourri depuis un mois !!! Bon je sais pas si ça vous met du baume au coeur tout ça 😉 mais en tout cas je vous envoie tout plein de bonnes ondes pour vous redonner la pêche et faire tenir ce fichu longeron ! !!! On pense bien à vous, plein de gros bisous et bonnes retrouvailles avec papy mamie ! !!!

    J'aime

  6. Courage les Plem’mobiles les beaux jours vont revenir.
    Vous allez retrouver papy et mamie et cela va vous rebouster.
    BON SEJOUR EN FINLANDE;
    Bisous de Guylaine.

    J'aime

  7. Merci pour la pub !
    On parle de vous dans notre prochain article, on a du retard dans le récit, on roule presque tous les jours. Et puis y’a la pêche qui me prend pas mal de temps aussi ! On a mangé beaucoup de maquereaux ces derniers temps.
    Courage pour votre camion
    Fred (pas Jérôme) et Ophélie

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s