Ispahan, capitale de l’Empire perse

La dernière fois je vous ai laissés sur la route d’Ispahan, nous suivions une famille iranienne qui nous avait invités chez eux. Deux heures plus tard nous arrivons donc à la maison de Hamid et Sahar, qui nous offrent le thé. Nous commençons à faire plus ample connaissance avec l’aide de Google translate car leur anglais est limité, ce qui est toujours frustrant pour nous ! Nous comprenons qu’il s’agit d’une famille très moderne, qui vit plutôt de manière “occidentale”. Dès que l’on passe le pas de la porte, les foulards tombent et la déco est surprenante avec sur les murs de grandes photos de groupes de musique anglophones.

Ispahan (2)Ispahan (9)Ispahan (8)Ispahan (7)

Ebi et Sara, les jeunes frère et sœur de Sahar vivent actuellement sous le même toit. Toute la famille travaille ensemble au café et au restaurant  qu’ils tiennent à quelques centaines de mètres de là. Et d’ailleurs, c’est l’heure d’aller travailler pour eux ! Ils nous proposent avec fierté de les accompagner et nous présentent à leurs employés. Leur restaurant est comme leur maison, décoré d’immenses photos de films américains ou bien de chanteurs européens ! Comme souvent en Iran, la cuisine est au sous-sol, et on s’affaire aux fourneaux !

Ispahan (17)Ispahan (15)Ispahan (13)Ispahan (12)

Ils nous installent dans leur petit café cosy, une fois de plus très moderne. L’entrée est très colorée, les plafonds recouverts d’une peinture ardoise où les clients peuvent écrire à la craie et les murs sont placardés de couvertures de magazines. Nous n’étions censés prendre qu’un café mais bientôt la table se remplit de gâteaux fait maison et de glaces énormes pour les enfants ! Bien sûr, il est hors de question de payer quoique ce soit : we are the guest !…

Ispahan (21)Ispahan (36)Ispahan (32)Ispahan (28)Ispahan (27)

Nous faisons la connaissance d’Amir, un des serveurs qui parle très bien anglais. Son souhait est d’aller vivre au Canada mais son visa lui a déjà été refusé à deux reprises. Bien sûr nous échangeons sur la liberté et la chance que nous avons d’être Français. En Iran, c’est pour les jeunes garçons que c’est le plus compliqué car s’ils n’ont pas fait leur service militaire de deux ans ils n’ont pas le droit de sortir du territoire même pour de simples vacances ou alors ils doivent payer une caution très élevée en garantie…

Ispahan (142)Ispahan (37)

Nous insistons sur le fait que nous préférons dormir dans notre camping-car car nous avons toutes nos affaires à l’intérieur, le rideau rouge des parents, les doudous des enfants etc… Mais nos hôtes veulent absolument que nous dormions dans leur maison et se chargent de trouver un parking sécurisé pour Merlin car ils ne veulent pas le laisser dans leur rue pour la nuit. Ils libèrent une chambre pour nous et nous installons des matelas futon sur le sol. Avec Pablo qui dort entre nous deux, c’est moins confortable que dans Merlin, mais bon, ça leur fait tellement plaisir ! Le lendemain, Lola fait des crêpes pour tout le monde au petit-déjeuner !

Ispahan (137)Ispahan (40)Ispahan (38)Ispahan (45)Ispahan (44)

Ensuite ils nous emmènent sur Ispahan, il fait beau mais particulièrement froid ! Nous visitons le beau pavillon d’Ali Quapu qui s’élève sur six étages et servait autrefois de porte d’entrée pour les palais et jardins royaux. Peu de pièces sont accessibles au visiteur mais elles contiennent de belles peintures d’origine qui sont d’une grande finesse.

Ispahan (165)Ispahan (117)Ispahan (116)Ispahan (83)Ispahan (79)Ispahan (84)Ispahan (92)Ispahan (101)Ispahan (98)

Les murs de la salle de musique étaient percés de petites niches de diverses formes pour améliorer l’acoustique.

Ispahan (106)Ispahan (103)Ispahan (105)

Depuis la terrasse, le roi assistait aux tournois de polo ou aux présentations militaires qui se déroulaient sur la fameuse place de l’Imam. Avec ses 500 mètres de long et 160 de large, c’est l’une des plus grandes du monde !

Ispahan (113)Ispahan (86)

Nous nous promenons un peu dans le bazar, notamment dans la partie des artisans du cuivre et de l’étain.

Ispahan (127)Ispahan (125)Ispahan (123)Ispahan (132)Ispahan (129)

De retour chez Hamid, nous partageons d’excellents poulets grillés.

Ispahan (135)

Cette famille est adorable mais c’est vrai que sans l’anglais, les échanges sont tout de même limités au bout d’un moment. Les enfants regardent un peu la télé et jouent aussi avec le perroquet de la maison mais comme il n’y a pas d’enfants de leur âge ils s’ennuient un peu. Nos hôtes voudraient nous garder plusieurs jours mais nous voyons bien que nous n’avons pas le même rythme : ils vivent en décalé avec les horaires du bar, dinent à minuit et se lèvent tard… pas compatible avec la reprise de l’école ! Nous sommes un peu perturbés sans notre maison roulante, les enfants n’ont pas pensé à prendre des jeux ou de quoi s’occuper…Et nous ne souhaitons pas passer une autre soirée au bar à les attendre même si c’était très sympa ! Bref, nous finissons pas leur demander gentiment qu’on aille récupérer Merlin afin de reprendre la route le lendemain. Ils ont l’air un peu déçus mais compréhensifs !

Ispahan (48)Ispahan (4)Ispahan (39)

Malheureusement, au réveil le lendemain matin, ils viennent d’apprendre que leur grand-père de 95 ans est décédé et ils doivent partir dans leur famille pour la semaine, à 600km de là. C’est donc dans une ambiance un peu particulière que nous les quittons. Mais avant cela ils tiennent à nous faire un petit-déjeuner typique à leur café : pain iranien, fromage, concombre, tomates, oeufs sur le plat, fromage blanc et confiture…

Ispahan (140)Ispahan (138)

Dernières photos avant les au-revoir plutôt tristes… C’est toujours difficile de partir, quelque soit le contexte. Malgré la frustration due à la langue et nos différences, ces gens si généreux nous ont ouvert les portes de leur maison, de leur travail, de leur intimité familiale. Nous représentons pour eux la liberté et il sont heureux d’avoir pu en partager un bout avec nous. Ils sont même honorés de nous avoir reçus et nous remercient je-ne-sais combien de fois d’avoir pris de notre temps pour être avec eux… Merci à eux pour ce partage. Coeur rouge

Ispahan (151)Ispahan (146)Ispahan (153)

En silence nous atteignons le centre d’Ispahan (Isfahan en persan), la circulation est plutôt dense et nous arrivons tant bien que mal au parking répertorié sur Ioverlander. Nous bravons le froid (exceptionnel nous dit-on encore une fois !) pour faire un peu plus de visites que la veille car Ispahan en tant que joyau de la Perse abrite des merveilles d’architecture ! Nous nous promenons un peu au hasard et parcourons les ruelles du vieux bazar qui abrite aussi caravansérails, mosquées, madrasas (écoles coraniques)…

Ispahan (195)Ispahan (191)Ispahan (189)Ispahan (176)Ispahan (172)Ispahan (334)Ispahan (332)Ispahan (329)Ispahan (325)

La grande mosquée, en particulier, est vraiment impressionnante. De par ses dimensions déjà, mais aussi par la richesse de ses décors qui recouvrent murs et plafonds des hautes coupoles…

Ispahan (157)Ispahan (161)Ispahan (160)Ispahan (201)Ispahan (214)Ispahan (199)

La place de l’Imam est vraiment très agréable, on y fait ses achats touristiques sous les arcades, on pique-nique ou on mange une glace, on fait un tour de calèche…

Ispahan (300)Ispahan (295)Ispahan (289)Ispahan (322)Ispahan (318)Ispahan (335)

Les vieux ponts qui font aussi la renommée de la ville sont immenses, et bâtis sur plusieurs niveaux. A la nuit tombée, leur nombreuses arches s’illuminent et donnent à la ville un côté féérique. Quand il fait chaud et qu’il y a de l’eau, les Isfahanis aiment venir pique-niquer sur les berges pour y trouver un peu de fraicheur. Mais actuellement, la rivière Zayandeh est à sec et le gouvernement a beau mettre ça sur le dos de la sécheresse, la réalité est plus complexe… Le cours d’eau a en fait été détourné vers d’autres régions et ceci reste une source de conflit permanent depuis des années…

Ispahan (261)Ispahan (276)Ispahan (266)Ispahan (283)Ispahan (268)Ispahan (286)

Ispahan (242)Ispahan (237)Ispahan (235)Ispahan (252)Ispahan (246)Ispahan (243)

Il y aurait encore beaucoup à découvrir dans cette ville mythique, mais on risque de friser l’overdose alors on en garde pour une prochaine fois ! Clignement d'œil

Nous filons en direction de Yazd, où plein de rencontres nous attendent !

@ bientôt Clignement d'œil

7 commentaires sur « Ispahan, capitale de l’Empire perse »

  1. Quelle belle rencontre ! Ces récits nous montrent combien nous nous ressemblons malgré la distance géographique et culturelle… Et nous permet aussi de mesurer notre chance de pouvoir circuler librement. Ne jugeons pas un peuple à ses dirigeants, il y a derrière des êtres humains qui rêvent et qui ouvrent grand les bras ! Merci pour cette jolie histoire (une de plus) les amis ! Magnifique Hispahan… c’était le nom de mon cheval préféré quand je faisais de l’équitation à la Roche tiens ! 😉 Depuis la Vendée où le vent a soufflé très très fort cette nuit (qq dégâts dans notre jardin mais rien de bien grave), nous vous envoyons de gros bisous.

    J'aime

      1. Haha mdr ! C’était aussi le préféré d’Emilie G… hihi quel succès il avait ce canasson 😉 Bon il est au paradis des chevaux depuis un moment, mais peut-être que Johnny le chevauche à présent ! Qui sait… Bisous bisououououous

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s