Au cœur des montagnes géorgiennes

Après Tbilisi, nous remontons un peu le long de la “route militaire”, axe historique reliant la Géorgie à la Russie. Elle doit son nom aux troupes russes qui occupaient la Géorgie après son annexion et empruntaient cette route au 19ème siècle. A pied nous faisons le tour du lac Bazaleti qui réserve quelques surprises. La demeure d’un artiste/architecte local est pour le moins surprenante; on y trouve aussi de gros scorpions pour de faux et de petites tortues pour de vrai !

Lac Bazaleti (9)Lac Bazaleti (1)Lac Bazaleti (4)Lac Bazaleti (13)Lac Bazaleti (12)Lac Bazaleti (18)

Nous y retrouvons Christine et Michel que nous avions croisés vite fait en Iran puis en Arménie. Nous nous étions promis une soirée ensemble mais n’arrivions pas à nous trouver au même endroit en même temps ! On suivait pourtant à peu près le même itinéraire mais ils sont encore plus lents que nous ! Tortue mdr ! Mais notre apéro avec dégustation de pâté français a fini par avoir lieu ! Merci et bonne route à vous, en évitant la boue !Clignement d'œil

Rencontres - Lac Bazaleti (2)

Aux grands axes remplis de camions qui roulent n’importe comment, nous préférons emprunter de petites routes qui s’enfoncent dans la montagne et nous font traverser des villages typiques.

Sur la route - piste après Borjomi (3)Bivouac Pont Eiffel (1)Bivouac Pont Eiffel (2)Bivouac Pont Eiffel (18)

Sur la route - piste après Borjomi (1)

Nous découvrons ainsi un pont dessiné par Gustave Eiffel qui fait la fierté de la région !

Bivouac Pont Eiffel (10)Bivouac Pont Eiffel (11)Bivouac Pont Eiffel (21)Bivouac Pont Eiffel (6)

Puis la route devient piste, il nous reste encore plus de 60 km jusqu’à la prochaine ville, on se demande si l’on va revoir l’asphalte avant… réponse : non ! Au lieu des 3/4h annoncé par le GPS on mettra finalement plus de deux heures à les faire ! La piste bien caillouteuse grimpe jusqu’à 2500 mètres d’altitude, on se les caille franchement au sommet ! Mais nous ne sommes que de passage alors que des bergers et leur famille s’installent ici avec leurs troupeaux de chèvres et de moutons pour la saison.

Sur la route - piste après Borjomi (9)Sur la route - piste après Borjomi (24)Sur la route - piste après Borjomi (23)Sur la route - piste après Borjomi (22)Sur la route - piste après Borjomi (16)Sur la route - piste après Borjomi (18)

La route qui mène au village troglodytique de Vardzia vaut le détour à elle toute seule surtout avec ce grand soleil qui ne nous quitte plus !

Route pour Vardzia (3)Route pour Vardzia (9)Route pour Vardzia (22)Route pour Vardzia (7)

Vardzia est l’un des endroits les plus visités du pays, tout est aménagé pour le parcourir en toute sécurité avec de beaux points de vue sur la vallée :

Vardzia (11)Vardzia (35)Vardzia (13)Vardzia (9)Vardzia (20)

La cathédrale troglodytique est surprenante, et juste à côté part un couloir souterrain que les enfants sont ravis d’emprunter !

Vardzia (25)Vardzia (30)Vardzia (29)Vardzia (33)

Vardzia (42)Vardzia (36)Vardzia (40)

Le must du site c’est qu’on peut bivouaquer dans la montagne d’en face avec une vue 5 étoiles !

Bivouac Vardzia (8)Bivouac Vardzia (11)

Bivouac Vardzia (10)

Nous continuons nos belles découvertes géorgiennes en arrivant dans le parc national Borjomi Kharagauli :

Borjomi Kharagauli National Park (1)Borjomi Kharagauli National Park (13)Borjomi Kharagauli National Park (2)Borjomi Kharagauli National Park (19)Borjomi Kharagauli National Park (18)Borjomi Kharagauli National Park (10)Borjomi Kharagauli National Park (16)Borjomi Kharagauli National Park (35)Borjomi Kharagauli National Park (43)

L’endroit se prête au trekking et au bivouac nature. Pablo insiste pour dormir sous tente, mais pas tout seul ! Alors cette nuit, les filles d’un côté et les garçons de l’autre ! Au réveil comme très souvent en Géorgie, les vaches sont là !

Borjomi Kharagauli National Park (22)Borjomi Kharagauli National Park (27)Borjomi Kharagauli National Park (25)

Il y a aussi beaucoup de chiens errants, souvent très gros et jamais agressifs vis-à-vis de l’homme. Ils sont même affectueux et se font la guerre entre eux à celui qui restera près de nous pour la nuit et jusqu’à ce qu’on parte ! On voit qu’ils ont l’habitude de recevoir un peu de nourriture. Voyou ne s’occupe d’eux que cinq minutes et après il se rendort. Seulement parfois il y a aussi des chiots et alors là c’est vraiment difficile de ne pas craquer ! Nous tenons bon, malgré les larmes, méchants parents que nous sommes !En pleurs

Sur la route (2)Sur la route (4)Vie quodienne - chiot (1)

@ bientôt pour nos dernières aventures en Géorgie avec des rencontres franco-françaises !Clignement d'œil

3 commentaires sur « Au cœur des montagnes géorgiennes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s