Découverte de l’est du Cambodge

Nous redoutions un peu la frontière pour le Cambodge car elle a la réputation d’être l’une des plus corrompues d’Asie! Finalement nous nous en sortons très bien et assez vite (je détaillerai ça dans mon article infos pratiques, comme pour les autres pays Clignement d'œil!). A chaque première ville d’un nouveau pays,  nous avons des démarches habituelles à faire. Ici quelques particularités. Visiblement il est impossible d’assurer un véhicule étranger au Cambodge, d’autres voyageurs ayant essayé en vain nous ne cherchons même pas. Ensuite on retire de l’argent au DAB, des dollars plus précisément, et on en change une partie contre des riels, la véritable monnaie du pays. Depuis longtemps déjà les Cambodgiens utilisent aussi bien le dollar que le riel. C’est bien la première fois qu’on se trouve dans un pays avec deux monnaies. Ce n’est pas évident et d’ailleurs rapidement on essaye de ne fonctionner qu’avec des riels. En plus, on y gagne un peu au change et ça fait quand même moins “touriste américain”! Après avoir mis un moment pour se faire comprendre sur le forfait désiré pour notre carte SIM locale, nous tournons dans plusieurs boutiques pour trouver une raquette anti-moustiques et des ventilateurs rechargeables USB car nous avons vraiment très chaud ! Nous servons aussi de livreur de pièce mécanique pour le camping-car des Junarost ! En effet ils ont cassé un ressort de suspension-avant au moment où nous bivouaquions avec les Gali et compagnie, qui eux en avaient un d’avance ! Parfois les choses se mettent quand même vraiment bien !

P1610426

Avec tout ça la journée est terminée et nous arrivons juste avant la nuit sur notre premier bivouac, juste avant une grosse pluie également, ce qui ne nous était pas arrivé depuis Luang Prabang, il y a un mois et demi! Au réveil le site est vraiment agréable, ombragé, au bord d’une rivière. Notre matinée d’école est écourtée à l’arrivée d’enfants du village qui ne demandent qu’à jouer avec les nôtres! Au début ils sont un peu timides mais peu à peu tout le monde prend confiance et s’arrose mutuellement, jusqu’à finir habillés dans la rivière ! C’est trop bon d’entendre tous ces rires d’enfants mélangés!

1er bivouac - rencontre enfants (10)1er bivouac - rencontre enfants (12)1er bivouac - rencontre enfants (15)1er bivouac - rencontre enfants (18)1er bivouac - rencontre enfants (33)1er bivouac - rencontre enfants (38)1er bivouac - rencontre enfants (26)

En dehors de ces premières belles images, et de ce bivouac plutôt propre, ce qui nous frappe dans nos premiers kilomètres au Cambodge, c’est la saleté. Il y a des déchets partout, c’est choquant. En ville comme en campagne, les plastiques envahissent les bas-côtés, ils font partie du paysage, il va falloir faire avec, mais impossible de s’y habituer. Les habitants brûlent aussi leurs déchets et en fin de journée un voile de fumée qui pique les yeux et de mauvaises odeurs envahissent les abords des villages…

DéchetsDchets-2_thumb.jpgDchets-1.jpg

Nous partons à la découverte de l’est du Cambodge, plus sauvage et moins peuplé que le reste du pays. Nous arrivons dans la belle région du Ratanakiri, où vivent plusieurs ethnies minoritaires. Nous pensions accéder à certains villages en camping-car mais en fait ils sont bien trop isolés pour cela. Il faudrait passer par une agence et un guide local, certains villages ne sont d’ailleurs accessibles que par bateau. Tant pis, nous profitons déjà des beaux paysages verts qui tranchent sur les pistes orangées. C’est joli mais la poussière fine s’infiltre partout dans Harry! C’est très cultivé par ici : poivre, hévéa, bananiers…

Ratanakiri (1)Ratanakiri (39)Ratanakiri (40)Ratanakiri (5)

Comme il fait chaud nous sommes bien contents de nous rafraîchir dans un lac près de Ban Lung. Et pas n’importe quel lac, un tout rond qui daterait de 700 000 ans et qui serait probablement le cratère d’une météorite (le Boeng Yeak Lom) ! On en fait facilement le tour à pied, à travers une jungle luxuriante et s’y baigner est très agréable car l’eau est bonne et translucide. A part quelques touristes comme nous, peu de personnes se baignent car pour les locaux (en majorité animistes) le lac est peuplé d’esprits…

Ratanakiri (18)Ratanakiri (20)Ratanakiri (19)Ratanakiri (11)Ratanakiri (10)Ratanakiri (16)

Sur le site comme sur celui d’une cascade non loin de là, sont exposées des habitations traditionnelles et réserves de nourriture des différentes minorités de la région:

Ratanakiri (6)Ratanakiri (33)Ratanakiri (30)Ratanakiri (35)

Ces ethnies enterrent leur morts dans la forêt avec des objets qui les identifient, parfois ils sculptent des totems en bois, représentant le défunt mais nous n’aurons pas l’occasion d’en voir.

Ratanakiri (21)Ratanakiri (26)Ratanakiri (24)Ratanakiri (23)

Par une récente route toute lisse, nous rejoignons maintenant la province du Mondolkiri. Elle est bordée par de grandes plantations, on sent que la terre est de plus en plus exploitée par ici. Les entreprises forestières sont de plus en plus nombreuses à venir au Cambodge car la Thaïlande et le Vietnam contrôlent de manière beaucoup plus stricte l’abattage des arbres sur leur territoire…

Mondolkiri (1)

Ici aussi la terre est rouge et les pistes sont poussiéreuses

Mondolkiri (29)Mondolkiri (20)

A Sen Monorom nous grimpons pour admirer la vue sur “ the forest sea” mais on trouve dommage qu’une guesthouse se soit approprié les lieux, et on n’adhère pas trop aux plateformes payantes pour se prendre en photo.

Mondolkiri (6)Mondolkiri (9)Mondolkiri (12)

Dans cette région nous pensions faire une sortie à pied avec des éléphants mais nous trouvons cela trop cher (une cinquantaine de dollars par personne). Le vent n’arrête pas de souffler et ne nous incite pas à rester plus longtemps. Le temps d’apercevoir quelques maisons traditionnelles du peuple Bunong et nous repartons.

Mondolkiri (4)Mondolkiri (22)Mondolkiri (25)Mondolkiri (26)

Les marchés et petits restos ressemblent à ceux du Laos, en un peu plus cher, plus bordélique et plus sale. Les maisons sur pilotis ont l’air un peu plus hautes. Il y a plus de monde sur la route et certains véhicules sont vraiment très chargés.

Mondolkiri -marché (1)Mondolkiri -marché (3)Mondolkiri -marché (2)Sur la route - magasins (1)Snuol -resto (1)Sur la route - véhicules (4)Sur la route - maisons (3)Sur la route - maisons (6)Sur la route - maisons (7)Sur la route - véhicules (9)Sur la route - véhicules (1)

Et ici nous croisons des zébus, animal que nous n’avions pas encore vu en Asie :

Divers- zébuDivers - zébu (2)

Notre étape suivante entre Kratie et Kampi nous ramène sur les bords du Mékong, que nous retrouvons toujours avec plaisir.

Sur la route- Mékong (1)Kampi (3)Kampi (19)Kampi (11)Kampi - enfants (1)Kampi (21)

D’autant que nous embarquons à bord d’une pirogue à moteur pour tenter de voir les dauphins d’Irrawaddy. Ils étaient des milliers autrefois mais ont été décimés par la chasse (ils étaient une vraie ressource alimentaire pendant la guerre) et  les filets de pêche dans lesquels ils se prennent souvent. Ils ont bien failli disparaître car en 2015 on en dénombrait seulement 80. Mais de gros efforts de préservation ont été faits et depuis quelques années leur nombre a recommencé à croître, ce qui est un véritable exploit. Les dauphins d’Irrawaddy sont plus petits que leurs cousins marins, ils ressemblent plus à des bélugas car ils ont un front bombé et pas de nez. Ils sont difficiles à observer car ils ne sortent pas beaucoup de l’eau ni très longtemps pour respirer. Tout ça pour vous dire qu’on en a vu pas mal (impossible de savoir si c’était les mêmes ou pas) mais que j’ai très peu de photos à vous présenter ! En tout cas la balade d’une heure au coucher du soleil sur le Mékong valait aussi le détour. Notre batelier était très respectueux des dauphins, il coupait le moteur bien à l’avance et ne s’est jamais approché trop près. Ils ont des consignes très claires et j’ose espérer qu’ils les respectent tous. Le spectacle se prolonge même revenus sur la berge d’où nous avons pu en observer encore quelques uns dans la lumière du soleil couchant… magique !Coeur rouge

Kampi- sortie bateau dauphins (6)Kampi- sortie bateau dauphins (10)Kampi- sortie bateau dauphins (21)Kampi- sortie bateau dauphins (31)Kampi- sortie bateau dauphins (16)Kampi- sortie bateau dauphins (12)Kampi- sortie bateau dauphins (34)Kampi- sortie bateau dauphins (39)Kampi- sortie bateau dauphins (40)

Pour vous donner une meilleure idée de ce à quoi ils ressemblent en entier, voici une photo d’un panneau aux 4000 îles au Laos où des sorties en bateau sont aussi organisées mais où les chances d’en voir sont très minces…

4000 îles - Don Khone (15)

Nous reprenons notre route et nous dirigeons vers l’ouest maintenant. Nous faisons halte à  Kompong Cham. Comme souvent nous bivouaquons dans l’enceinte d’un temple, mais cette fois nous ne croisons pas que des moines!

Kompong Cham - Temples aux singes (80)Kompong Cham - Temples aux singes (45)Kompong Cham - Temples aux singes (44)Kompong Cham - Temples aux singes (65)Kompong Cham - Temples aux singes (13)Kompong Cham - Temples aux singes (19)Kompong Cham - Temples aux singes (30)Kompong Cham - Temples aux singes (40)Kompong Cham - Temples aux singes (43)Kompong Cham - Temples aux singes (14)Kompong Cham - Temples aux singes (15)

Les singes sont absolument partout! Ils ne sont pas farouches et ont bien l’habitude de côtoyer les humains. Ils sont très curieux et grimpent sur le camping-car. C’est certain qu’ils rentreraient si on laissait la moindre porte ou fenêtre ouverte, alors on se barricade! On les entend se courir après sur le toit, on les voit se pencher au ventail pour observer ce qui se passe à l’intérieur. Et puis il y en a même un qui fait pipi sur le rétroviseur! Tranquilles les singes !

Kompong Cham - Temples aux singes (47)Kompong Cham - Temples aux singes (49)Kompong Cham - Temples aux singes (5)Kompong Cham - Temples aux singes (51)Kompong Cham - Temples aux singes (11)Kompong Cham - Temples aux singes (10)

Nous visitons les temples du site mais restons sur nos gardes quand même ! Pablo n’est pas très rassuré !

Kompong Cham - Temples aux singes (70)Kompong Cham - Temples aux singes (72)Kompong Cham - Temples aux singes (75)Kompong Cham - Temples aux singes (78)Kompong Cham - Temples aux singes (55)Kompong Cham - Temples aux singes (59)Kompong Cham - Temples aux singes (63)Kompong Cham - Temples aux singes (66)Kompong Cham - Temples aux singes (67)

Non loin de là nous visitons un temple bouddhique du 12ème siècle, après ceux de Champasak au Laos, c’est le premier d’une longue série puisque nous nous rendons maintenant à Siem reap, la ville toute proche des célèbres temples d’Angkor, LE site incontournable du Cambodge!

Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (41)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (8)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (11)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (12)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (25)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (31)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (34)

Dans ces temples, les enfants adorent écouter et repérer les chauves-souris qui se cachent!

Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (16)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (17)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (18)

Un nouveau temple, très coloré a été construit à l’intérieur de l’ancien:

Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (19)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (21)Kompong Cham - Vat Nokor Bachey (38)

@ bientôt pour la suite des temples à Angkor !Clignement d'œil

Un commentaire sur « Découverte de l’est du Cambodge »

Répondre à creusoise Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s