Parlons bonnes actions !

Je sais, il existe beaucoup d’associations déjà en France et partout dans le monde,  et on ne peut pas donner partout ! Mais si jamais le cœur vous en dit, je tenais, en cette veille de Noël à vous parler de trois d’entre elles que nous avons découvertes au Cambodge. Parfois on entend de mauvaises choses sur certaines associations, ici notamment il existe de faux orphelinats avec toutes les dérives que je vous laisse imaginer… Donc là ce sont de vraies associations à but non lucratif, avec de vrais objectifs sociaux, de vrais comptes, sans corruption, dans le plus grand respect des personnes qu’elles aident. Et puis en les voyant fonctionner directement sur place, là au moins c’est du concret. Alors même si on ne peut pas faire de dons, en parler autour de soi, relayer l’information sur les réseaux sociaux c’est déjà ça…

L’école Phare Ponleu Selpak

A Battambang, sur les conseils de Caro de la Smalaventure, nous avons décidé d’aller voir le spectacle de l’école Phare Ponleu Selpak (qui signifie “la lumière de l’art” en khmer). Pour en apprendre un peu plus sur cette école atypique, et de vive voix, il est possible de visiter le campus, ce qui est vraiment très intéressant, les enfants ont beaucoup aimé. C’est Lina qui nous a fait la visite, même si, selon ses mots dits elle n’a pas de talent particulier pour telle ou telle activité artistique, elle fait super bien son job de présentation, elle est enjouée et dynamique, comme tous ceux que nous avons croisés, et ça fait plaisir à voir !

Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (1)

Alors je vous explique en quoi consiste cette merveilleuse association Phare Ponleu Selpak dont le slogan est “ changer les vies à travers les arts”. Elle a été crée par 9 étudiants en arts cambodgiens et leur professeure française Véronique, en 1994, au lendemain de tant d’années de guerre qui avaient détruit toute la culture artistique du pays. Le but était double : promouvoir de nouveau la culture du Cambodge à Battambang qui, avant l’arrivée des Khmers Rouges au pouvoir était un centre national  artistique et culturel, mais surtout guérir par les arts les traumatismes et les conséquences de cette horrible période. L’association a progressivement grossi, intégrant peu à peu une école de musique, une formation en arts du cirque, une autre en théâtre… Des spectacles ont été créés et des représentations locales ont été données avant de créer une tournée internationale. Puis sont venus s’ajouter plusieurs écoles publiques, de la maternelle au lycée, un studio d’enregistrement etc.

Beaucoup d’enfants de la région vivent dans des conditions difficiles, subissent des violences domestiques, consomment des drogues… Aujourd’hui l’association permet à  1000 élèves de bénéficier d’une éducation formelle, d’une formation artistique et d’un soutien social. Ils peuvent ainsi développer leur créativité, améliorer leur communication, leur concentration et accéder à une carrière artistique durable.

Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (9)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (8)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (6)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (2)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (1)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (29)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (23)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (21)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (16)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak (14)

Il existe plusieurs façons de soutenir l’association qui ne manque pas de projets et qui surtout a besoin de matériel, de faire rénover ses bâtiments et d’en construire d’autres. Pour ceux que ça intéresse et/ou qui veulent en apprendre plus sur l’association, rendez-vous ici : www.phareps.org Il existe aussi une association en France : www.ppsfrance.org

Pour ceux qui sont sur place, l’école se visite du lundi au vendredi entre 8h et 11h et entre 14h et 17h (5$ par personne de plus de 12 ans, gratuit au-dessous,3$ si vous êtes plus de 6 personnes). Les spectacles (environ 1h30) ont lieu les lundi, jeudi et samedi à 19h. Les places sont en vente sur place à partir de 18h (14$ pour les plus de 12 ans et 7$ pour les plus de 5 ans, gratuit au-dessous, réduction si vous avez visité l’école). Des représentations sont aussi données à Siem Reap avec un tarif plus élevé (18 et 10$). Il est souvent appelé cirque mais je dirais qu’il s’agit plutôt d’un spectacle mêlant numéros d’acrobatie, danse, musique… le tout sans aucun animal, donc très éthique. Il existe en fait une dizaine de spectacles, nous avons assisté au “Sokha” qui évoquait la triste période des Khmers Rouges. Les jeunes artistes étaient débordants d’énergie, excellents dans leur jeu de scène, jouant avec nos émotions, nous faisant passer du rire aux larmes en quelques minutes.  Vraiment nous avons passé un excellent moment en leur compagnie.

Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (9)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (7)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (13)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (27)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (26)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (21)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (23)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (29)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (28)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (35)Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (31)

Battambang - école des arts Phare Ponleu Selpak - spectacle (42)

Pour un Sourire d’Enfant

A Phnom Penh, la capitale, c’est une visite des plus émouvantes que nous avons vécue. Cette fois c’est Charlotte des P’tits Bleus qui nous avait parlé de l’association PSE: Pour un sourire d’Enfant. Nous l’avions oublié pourtant nous connaissions cette association car nous avions lu il y a quelques années le livre de ceux qui l’ont créée. Il s’agit de Christian et Marie-France des Pallières qui ont voyagé en Asie en camping-car avec leurs 4 enfants au début des années 80 (Quatre enfants et un rêve). Une fois à la retraite ils sont venus en 1995 au Cambodge pour de l’humanitaire dans un pays dévasté par la guerre. Ce qu’ils ont découvert près de Phnom Penh les a horrifiés : une immense décharge à ciel ouvert où travaillent et vivent des centaines d’enfants qui se nourrissent à même le sol. De là ils décident de répondre au besoin le plus urgent de ces enfants : avoir un repas par jour. Ils s’installent au pied de la décharge et distribuent eux-mêmes des repas. Puis les enfants ont ensuite besoin d’aller à l’école pour ne plus rester à travailler dans la décharge. Mais pour cela il faut “compenser” le manque à gagner pour les parents qui vivent dans une extrême pauvreté, et  Devant l’ampleur de la tâche ils commencent à organiser une tournée annuelle de récolte de dons en France qui depuis près de 25 ans n’a jamais cessé. Grâce à la mobilisation de leurs amis et de  leur famille en 1997 ils ont pu ouvrir en 1997 leur première école avec 250 enfants. L’année suivante ils étaient déjà 650, et près de 2000 au début des années 2000. En 2002 pour aller plus loin et tenter à tout prix d’insérer les jeunes dans le milieu professionnel de manière pérenne, l’association crée un institut de formation professionnelle. Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 20 formations reconnues officiellement par le gouvernement qui sont dispensées dans 4 écoles (mécanique auto/ électricité / couture / informatique/ tourisme/hôtellerie/restauration…). Plus de 6000 élèves sont pris en charge chaque année, et autant de repas distribués chaque jour. 1500 consultations médicales sont aussi dispensées par semaine. Et la fierté ce sont les 4500 anciens élèves qui ont aujourd’hui un emploi digne et rémunéré.

Mais une association de telle ampleur a d’autant plus besoin de dons et de parrainages pour continuer à exister. Vous retrouverez toute leur histoire sur https://pse.ong , dans plusieurs vidéos sur Youtube mais aussi dans l’excellent film documentaire de Xavier de Lauzanne, “Les Pépites” sorti en 2016.

Résultat de recherche d'images pour "les pepites""

Notre expérience fut un peu spéciale car lors de la visite du campus nous avons passé beaucoup de temps avec les plus petits, ceux qui ne vont pas encore à l’école mais que PSE prend quand même en charge. Car quand ils sélectionnent une famille à aider ils s’occupent de tous les enfants, même bébés. Ils sont âgés de quelques mois à 4 ans et souffrent de diverses carences alimentaires. Nous avons donc joué longuement avec ces petits si attachants qui te sautent au cou et t’adoptent en deux secondes ! Et sur la proposition des filles qui s’en occupent nous sommes revenus un peu plus tard pour les aider à leur donner à manger. Car l’objectif premier de PSE c’est de les faire bien manger durant toute la semaine car souvent ils reperdent du poids juste pendant les deux jours du weekend où ils sont de nouveau dans la famille. A PSE chaque enfant rentre chez lui le soir et le weekend, à part les enfants handicapés qui eux restent sur le campus dans une structure spéciale car le handicap est encore très mal perçu au Cambodge et ces enfants sont souvent mis à l’écart au sein des familles mêmes. Les enfants vivent parfois dans des contextes très compliqués, avec des parents qui se droguent, se prostituent, sont violents… Il ne faut pas oublier que beaucoup d’entre eux sont nés de parents ayant connu la guerre civile et vécu dans un climat extrêmement violent.

Les photos d’enfants sont interdites sur le campus, je n’en ai donc pas à vous présenter pour illustrer ces émouvants instants passés mais ils sont à jamais gravés dans nos cœurs à tous les 4. Nos enfants sont ressortis très chamboulés par cette visite.

P1620147P1620127P1620129P1620144

La visite est gratuite, les dons sont appréciés, on peut aussi acheter des souvenirs à la boutique, ou également manger au restaurant de l’école hôtelière, le Lotus blanc. Dans ce cas-là non seulement vous faites une bonne action en permettant à des jeunes en formation de s’exercer avec vous, mais en plus vous risquez de vous régaler ! Si comme nous il y a longtemps que vous n’êtes pas allés dans un “vrai” restaurant, vous risquez d’être un peu mal à l’aise ! Déjà la nappe blanche et la serviette qu’on te pose sur les genoux, la chaise qu’on t’avance, les “Madame, par-ci, Monsieur par-là”… puis on te ressert de l’eau dès que tu as bu une gorgée, bref on est aux petits soins ! Ils font très bien leur travail, c’est juste nous qui sommes tellement déconnectés de tout ça depuis longtemps !Se tordre de rire Et que dire des saveurs du filet de bœuf au beurre maître d’hôtel, de l’île flottante et de la tarte à la mangue ? Un régal !!

P1620135P1620136P1620137P1620139

La Plantation

Et puis jamais deux sans trois, je vous parle maintenant d’un projet beaucoup plus récent, créé en 2013 par un couple franco-belge. Il s’agit de La Plantation située dans le sud du pays, à Kampot. A première vue c’est une plantation de poivre comme il y en a plusieurs dans la région qui est réputée pour la qualité de son terroir. Alors il s’agit bien d’une entreprise qui cultive du poivre d’excellente qualité (appellation poivre de Kampot) ainsi que des épices, mais le but profond de ses fondateurs c’est de donner du travail à un maximum de personnes des environs. Un projet d’agrotourisme social et durable. Alors quand d’autres mécanisent le processus de ramassage du poivre, eux le font encore entièrement à la main, de manière traditionnelle. Ce qui permet de faire travailler 150 personnes à temps plein toute l’année et environ 100 personnes supplémentaires pour la saison. Et tout ce petit monde est nourri 3 fois par jour et reçoit un salaire moyen supérieur à celui donné dans le reste du pays. A cela s’ajoute un autre projet social apporté à l’école d’à côté et qui a donné lieu à la naissance de l‘association “Les écoles de la plantation”. La Plantation finance l’achat de matériel scolaire et de vélos pour une centaine d’élèves et elle finance les études dans un collège privé pour les 3 meilleurs élèves de l’école. Mais beaucoup d’autres pourraient aussi être aidés. Pour plus de détail et les soutenir c’est par ici www.lesecolesdelaplantation.com

De notre côté c’est donc dans un décor de rêve que nous découvrons la plantation de poivre. La visite est guidée par un jeune Français très dynamique. Grâce à lui nous avons tout appris sur les différentes étapes de maturation du poivre car qu’il s’agisse de poivre vert, blanc, rouge ou noir, c’est toujours la même graine qui vient d’ailleurs non pas d’une plante mais d’une liane qui peut grimper jusqu’à 17m de haut. Nous sommes dans une plantation organique où les pesticides sont naturels (mélange de mauvaises herbes, bouses de buffles, crottes de chauves-souris et peaux de crevettes!). De plus diverses plantes poussent tout autour des poivriers pour éloigner naturellement les insectes. Ils utilisent des réservoirs d’eau qu’ils ont eux-mêmes créés au pied de la montagne pour ne pas puiser l’eau du lac d’à côté qui est pollué par les autres fermes environnantes… Bref tout plein de bonnes idées que vous pouvez retrouver ici www.kampotpepper.com, ainsi que toute l’histoire du poivre de Kampot qui est vraiment très intéressante.

Kampot - La Plantation (1)Kampot - La Plantation (3)Kampot - La Plantation (11)Kampot - La Plantation (17)Kampot - La Plantation (20)Kampot - La Plantation (26)Kampot - La Plantation (31)Kampot - La Plantation (33)Kampot - La Plantation (35)Kampot - La Plantation (48)Kampot - La Plantation (42)

La visite est gratuite tout comme la dégustation qui suit avec une quinzaine de produits ! Incroyable ces différences de goût! Inculte que je suis, pour moi du poivre c’était du poivre ! Que nenni ! Je ne regarderai plus ma poivrière de la même façon dorénavant et j’ai appris plein de mariages auxquels je n’aurais jamais pensé… D’ailleurs ils organisent aussi chaque matin à 11h des cours de cuisine khmer. On peut également partir en balade dans les environs à bord d’une charrette tirée par des buffles d’eau. Dans leur restaurant on peut manger des plats khmer délicieusement poivrés et même goûter à la glace poivrée ! Et bien sûr on peut acheter du poivre et des épices ! Et même en ligne :www.kampotpepper.com,

Kampot - La Plantation (43)Kampot - La Plantation (44)Kampot - La Plantation (45)

Sur ces notes appétissantes aux avant-goûts de fêtes de fin d’année, tous les PLEM se joignent à moi pour vous souhaiter un joyeux Noël. Pour nous il sera en toute simplicité, sur une plage thaïlandaise rien que pour nous! On pense bien fort à vous tous en particulier à nos amis et famille qui nous manquent encore plus en cette période…

P1620653P1620650

@ bientôt Clignement d'œil

6 commentaires sur « Parlons bonnes actions ! »

  1. Hi hope all of your family are fine. The best memories and pictures were shared.
    *RegardsDr Hamid Reza Jamshidi*
    * Assistant Professor of Toxicology & Pharmacology Department of Toxicology-PharmacologyFaculty of pharmacy, Shahid Sadoughi University of Medical Sciences,Yazd, Iran.*
    *Email: hrz.jamshidi@gmail.com *
    *Contact info: +9838203412-14*
    On Tue, Dec 24, 2019 at 2:37 PM Les PLEM’Mobiles autour du monde wrote:
    > PLEM MOBILES posted: « Je sais, il existe beaucoup d’associations déjà en > France et partout dans le monde, et on ne peut pas donner partout ! Mais > si jamais le cœur vous en dit, je tenais, en cette veille de Noël à vous > parler de trois d’entre elles que nous avons découvertes  » >

    J'aime

Répondre à creusoise Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s