D’ouest en est, et d’est en ouest, on traverse la Malaisie!

Je vous ai laissés la dernière fois sur l’île de Penang et j’ai oublié de vous parler d’un drôle d’animal que nous avons aperçu pour la première fois de notre vie! Il était agrippé à un tronc d’arbre et se déplaçait en rampant comme une chauve-souris le fait sur une paroi, sauf qu’il était beaucoup plus gros et qu’il ne pouvait pas voler! On a cru aussi à un écureuil volant mais sans queue! Et puis on a vu qu’il portait un bébé! Bref, on l’a observé tout un moment et puis grâce à notre ami Google on a trouvé son petit nom : un colugo ou dermoptère ( qui signifie “peau  fonctionnant comme une aile”)! C’est donc un mammifère qui vit dans les arbres et qui est capable d’effectuer des vols planés pour passer de branche en branche, grâce à une peau fine et souple, telle une voile deltaplane, qui recouvre son corps, des épaules jusqu’au bout de sa queue…Déçu

Penang Island - City Park (15)Penang Island - City Park (10)Penang Island - City Park (13)

Voilà, nous avons donc quitté l’île par le même pont qu’à l’aller, long de plus de 13 km, qui est d’ailleurs payant, mais que dans un sens. Comme je vous le disais il fait vraiment très chaud et humide ici, et physiquement nous en souffrons beaucoup. Nous aurions pu faire encore pas mal de choses sur Penang mais vraiment nous préférons rechercher un endroit plus “frais”. Nous prenons donc la route pour les hauts plateaux des  Cameron Highlands. En chemin nous faisons juste une halte animalière. En effet nous souhaitions voir des orangs-outans, seulement il n’y en a plus à l’état sauvage sur le continent, il faudrait aller sur la partie insulaire de Malaisie, au nord de Bornéo. Notre seule option restait donc un petit centre de protection que nous avaient recommandé nos amis basques Ana et Josu. Sur leurs conseils nous avons bivouaqué sur le parking la veille et à 9h nous étions ainsi les premiers touristes du matin à prendre le bateau pour rejoindre l’île des Orangs-Outans (Bukit Merah Orang Outan island).

Centre des Orangs-Outans (49)Centre des Orangs-Outans (47)Centre des Orangs-Outans (48)Centre des Orangs-Outans (2)Centre des Orangs-Outans (3)

10 minutes plus tard nous débarquons et sommes surpris par le calme et le silence de l’île. 14 hectares sont entièrement dédiés aux singes avec plusieurs enclos les répartissant par tranches d’âges ou par famille. Ils étaient 24 auparavant mais 8 d’entre eux ont été relâchés dans la jungle de Bornéo. C’est normalement le principe de ce centre, faire se reproduire les singes, les déshabituer progressivement des humains, en les mettant sur une autre île juste à côté où aucun touriste ne va, puis les remettre en liberté. Je dis “normalement” car après plusieurs recherches sur internet il apparaît que la gestion de ce centre n’est pas très claire et le traitement des singes par toujours très adapté selon les dires de certains bénévoles y ayant travaillé… Comme toujours, tout ne doit pas être tout blanc ou tout noir… Et c’est bien difficile de s’en rendre compte avec une visite d’une heure.

Centre des Orangs-Outans (4)Centre des Orangs-Outans (6)Centre des Orangs-Outans (31)

En fait une fois que vous êtes sur l’île vous pouvez y rester le temps que vous voulez (le dernier bateau repart à 17h!) mais le sentier est très court pour observer les orangs- outans. Au début une guide nous accompagne, elle parle très bien anglais et nous explique beaucoup de choses sur les 3 espèces d’orangs-outans, toutes en “danger critique d’extinction” à cause principalement de la destruction de leur habitat au profit des activités humaines. On en apprend un peu plus sur la vie et la reproduction des singes ainsi que les conflits entre mâles dominants… Ensuite on peut refaire la balade autant de fois qu’on veut pour aller observer les singes. Il est dit que ce sont les visiteurs qui sont dans la cage et les singes en liberté. C’est en partie vrai puisque c’est nous qui avons du grillage au-dessus de la tête alors que les orangs-outans peuvent grimper autant qu’ils veulent dans les arbres. Mais il n’empêche que l’impression de zoo est tout de même bien présente car les singes attendent patiemment devant les grilles que leur gardien leur donne des morceaux de fruits ou de canne à sucre, et certains, obèses manquent clairement d’exercice… Normalement l’orang-outan passe la majorité de son temps dans les arbres.

Centre des Orangs-Outans (14)Centre des Orangs-Outans (26)Centre des Orangs-Outans (27)Centre des Orangs-Outans (21)Centre des Orangs-Outans (18)Centre des Orangs-Outans (33)Centre des Orangs-Outans (35)Centre des Orangs-Outans (41)Centre des Orangs-Outans (46)Centre des Orangs-Outans (11)

Bon, le grillage pour les photos c’est pas top! Mais en vrai c’était sympa d’observer leurs mimiques. Sachant qu’on a seulement 3% de différence génétique avec eux! On a bien ri avec les deux plus jeunes qui se couraient après et se cachaient sous une couverture, et on était impressionnés de voir les grosses mains du mâle de 16 ans décortiquer patiemment sa canne à sucre. Le doyen du site (22 ans) est resté perché sur son arbre.  Nous étions vraiment tout seuls pendant une heure, et nous avons pris conscience de notre chance à l’arrivée d’un groupe d’une vingtaine de touristes bruyants qui ont cassé l’ambiance! Je pense que nous n’aurions pas du tout apprécié la visite de la même façon si nous étions venus une heure plus tard!Clignement d'œil

Allez, maintenant en route pour la montagne ! Progressivement nous montons jusqu’à 1600 mètres d’altitude, je ne pensais pas dire cela un jour mais quel plaisir d’avoir moins chaud !! Quand je tends mon bras par la fenêtre ça ne ressemble plus à un sèche-cheveux! RireOn perd presque 15°, ce qui nous laisse un bon 25° la journée! Et des nuits à 17 ° à l’intérieur de Harry, quel bonheur!! Le paysage a bien changé, la végétation n’est plus la même et ici grâce aux températures plus fraîches et à des pluies régulières, on cultive du thé.

Cameron Highlands (47)Cameron Highlands (34)Cameron Highlands (52)Cameron Highlands (29)Cameron Highlands (31)Cameron Highlands (36)Cameron Highlands (44)Cameron Highlands (20)

Nous nous posons sur les hauteurs de la station de montagne de Tanah Rata où nous rejoignons avec joie nos copains de la Smalaventure et Gali et compagnie! Je ne sais pas si vous aviez suivi mais normalement la Smala avait fait demi-tour pour revenir en Thaïlande et tenter d’y travailler dans le tourisme. Seulement avec cette histoire de coronavirus ils ont changé à nouveau de plan très rapidement et finalement reviennent en France. Il ne leur reste que quelques jours, ils sont en plein dans le tri d’affaires et préparation de leurs sacs à dos. Le moral est un peu dans les chaussettes, mais ils sont bien contents d’être avec nous tous, ça permet de se changer les idées! Les enfants s’inventent des mondes et passent beaucoup de temps à s’entraîner à faire des combats à l’aire de jeux un peu en contrebas, assez loin pour ne pas être vus des parents ! Clignement d'œil Gaëtan et Miguel font du sport, Lola maquille tous les autres enfants et Linda coupe des cheveux ! Se tordre de rire

Cameron Highlands entre voyageurs (29)Cameron Highlands entre voyageurs (15)Cameron Highlands entre voyageurs (32)Cameron Highlands entre voyageurs (30)Cameron Highlands entre voyageurs (23)Cameron Highlands entre voyageurs (26)Cameron Highlands entre voyageurs (16)Cameron Highlands entre voyageurs (19)Cameron Highlands entre voyageurs (12)

Et moi je fête ma dernière année de trentenaire avec tout ce petit monde (1er mars)!! Génial d’entendre toutes ces petites voix d’enfants me chanter mon anniversaire au réveil! Les copines m’offrent un massage en ville et Jérôme nous y emmène. C’est la première fois que je monte dans Capucine, la grande maison orange de la Smala !

Cameron Highlands entre voyageurs (11)IMG-20200301-WA0006Cameron Highlands entre voyageurs (7)Cameron Highlands entre voyageurs (3)Cameron Highlands entre voyageurs (5)

Et puis pour mon anniversaire j’ai le droit à plusieurs petits cadeaux, dessins, tous trop mignons ! Mais surtout c’est une journée sans tâche ménagère ni repas à préparer, juste les pieds sous la table! Et en plus on ouvre la bouteille de vin chilien offerte par les Mollalpagas au Laos pour les 50 ans de Miguel !! Quel voyage pour ce vin !Se tordre de rire

39 ans dans les Cameron Highlands (4)39 ans dans les Cameron Highlands (7)39 ans dans les Cameron Highlands (11)39 ans dans les Cameron Highlands (1)

Cette fois la Smala nous quitte pour de bon, le cœur un peu lourd, mais c’est certain nous nous reverrons en France ! Bon retour les zamis!Coeur rouge

Avec les Gali nous faisons une petite randonnée dans la forêt recouverte de mousse. Le sol est spongieux aussi, nos pieds s’enfoncent, c’est drôle ! Nous guettons les serpents car d’autres promeneurs en ont vu un mais pour nous, rien du tout si ce n’est de nombreux insectes et oiseaux que nous avons du mal à entendre tellement nous parlons fort! Les enfants n’arrêtent pas de crier! Pablo et Tilio ensemble sont les rois pour embêter Mali, le plus petit! Quant aux adultes, un sujet nous préoccupe particulièrement : les non réponses des potentiels transporteurs maritimes pour ramener en France nos maisons roulantes, ni du contact des Gali pour revendre leur camping-car ici en Malaisie ! Je vous en reparle à la fin de cet article!

Cameron Highlands (1)Cameron Highlands (5)Cameron Highlands (7)Cameron Highlands (9)Cameron Highlands (10)Cameron Highlands (14)Cameron Highlands (17)

Pour apprécier les Cameron Highlands il faut vraiment être dans les plantations de thé ou dans la forêt car les deux petites villes (Tanah Rata et Brinchang) ne sont pas plus attrayantes que cela, et pour le reste de ce qui est cultivé (fraises, raisins et autres), tout se fait sous serre, ce qui dénature complètement le paysage. Sans parler des vieilles bâches en plastique qui se désagrègent doucement dans la terre environnante… Ça nous a passé l’envie de fraises, de toute façon c’était pas la saison!

Cameron Highlands (57)Cameron Highlands (54)Cameron Highlands (55)Cameron Highlands (56)

Cameron Highlands (73)Cameron Highlands (60)Cameron Highlands (70)

Nous redescendons des montagnes et les serres disparaissent mais malheureusement pas au profit de la nature puisque ce sont désormais des kilomètres et des kilomètres de plantations de palmiers à huile qui se succèdent, alternant avec les montagnes rasées, prêtes pour planter les bébés palmiers. On trouve bien quelques panneaux indiquant de faire attention aux animaux sauvages mais en reste-t-il vraiment encore, vu le peu de forêts qu’on leur laisse? C’est désolant.

Sur la route après les Cameron Highlands (12)Sur la route après les Cameron Highlands (17)Sur la route après les Cameron Highlands (14)Sur la route après les Cameron Highlands (19)Sur la route après les Cameron Highlands (21)Sur la route après les Cameron Highlands (24)Sur la route après les Cameron Highlands (26)Sur la route après les Cameron Highlands (29)Sur la route après les Cameron Highlands (3)Sur la route après les Cameron Highlands (9)Sur la route après les Cameron Highlands (6)

Nous sommes donc bien contents de retrouver la nature sauvage en arrivant sur les abords du lac Kenyir même si encore une fois l’homme est passé par là et que ce lac est artificiel. Ici tout semble abandonné mais c’est peut-être seulement parce que la saison démarre juste de ce côté du pays?  Je ne sais pas, mais en tout cas on ne croise presque personne et la nature reprend ses droits sur les vieilles installations que nous apercevons. La jungle est tout autour de nous, elle nous inonde de ses bruits d’oiseaux et d’insectes… On est heureux d’apercevoir le fameux Calao rhinocéros, un des emblèmes du pays. Son cri est très particulier et on l’entend clairement s’envoler tellement il est grand et massif. Mais à chaque fois je n’ai pas eu le temps de dégainer mon appareil photo alors je vous mets une photo prise sur internet… Je n’ai pas non plus pris en photo les sangliers qui venaient rôder autour du camping-car à la nuit tombée, mais il étaient bien gros! Le parc national Taman Negara n’est qu’à quelques kilomètres d’ici. C’est le premier parc national créé en Malaisie en 1925. Il s’étend sur plus de 4 000 km² et abrite la plus ancienne forêt tropicale de la planète, qui aurait 130 millions d’années et qui aurait donc vu vivre les dinosaures !Surpris Aujourd’hui il y subsiste encore des tigres, quelques 400 éléphants et une dizaine de rhinocéros de Sumatra mais jusqu’à quand? Les tapirs et les sangliers, eux, y sont très nombreux.

Bivouac lac - jungle (9)Bivouac lac - jungle (1)Bivouac lac - jungle (3)Bivouac lac - jungle (4)Bivouac lac - jungle (8)Bivouac lac- jungle (1)Bivouac lac- jungle (3)Bivouac lac- jungle (2)

Mais, fin de la parenthèse sauvage… En repartant vers la côte nous traversons à nouveau d’immenses palmeraies. La Malaisie est le deuxième producteur et exportateur d’huile de palme au monde, après l’Indonésie. À eux deux ils représentent 80% de la production mondiale. Un palmier à huile est très rentable car il donne des fruits deux fois par mois, toute l’année. Voilà pourquoi on continue la déforestation massive alors que tout le monde connait les répercussions que cela entraîne pour la biodiversité. C’est vraiment honteux. Nous le savions déjà mais là c’est concrètement ancré dans nos têtes, car quand on roule pendant des heures dans ce même paysage, ben on a franchement les boules…

Sur la route - plantations palmiers (5)

Et puis quand on arrive sur la côte, au nord de Cherating, et que l’on découvre avec horreur tout ce que la mer a rejeté sur la plage après plusieurs jours de gros temps, ben on a clairement envie de pleurer…

Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (51)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (54)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (49)

Franchement on n’en peut plus de voir ça! Je ne le dis pas systématiquement mais c’est vraiment une catastrophe. Je vous en avais parlé au Cambodge car là-bas le nettoyage des plages est rare donc c’est plus criant. Mais des plages sales ou des rivières pleines de déchets on en a vu partout en Asie et ailleurs depuis 3 ans (en Roumanie et en Iran notamment). Et puis, qu’on le voie ou non, nos océans sont remplis de plastiques ou autres « merdes » créées et jetées par l’Homme, ça fait mal au ventre.

En plus ici ce sont des plages censées être protégées car utilisées pour la nidification des tortues. On a vu la trace de l’une d’entre elles, obligée de contourner un gros tronc d’arbre échoué avec plein de déchets sur lui… D’ailleurs normalement l’accès aux plages est interdit de 19h30 à 7h30 et des rangers sont censés surveiller car il arrive que des gens viennent voler les œufs des tortues (pour les manger ou les revendre sur le marché, quand ce n’est pas la tortue elle-même qui est chassée pour sa chair)… Mais en ce moment sur l’une des deux plages il y a plein de pêcheurs de nuit et l’autre plage, nous l’avons arpentée à 21h, minuit et 2h du matin et nous n’avons croisé qu’une seule voiture de police qui éclairait la plage au loin mais qui ne nous a pas vus… Je sais que la saison de ponte des tortues ne démarre que début avril mais il y en a toujours qui viennent avant, alors ces plages pourraient être vraiment protégées et nettoyées…

Pour couronner le tout on a visité un tout petit centre de conservation des tortues mais l’état des bassins laissait vraiment à désirer et le personnel était apathique. Bref, nous n’avons pas été convaincus…

Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (7)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (8)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (9)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (12)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (16)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (55)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (56)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (61)

En se promenant au bout de la plage où trône un beau Club Med au milieu de palmiers sur une pelouse bien verte, bien arrosée… on se fait gentiment rattraper par les gardiens. Ils nous expliquent que l’accès au joli sentier bien entretenu qui grimpe dans la jungle est uniquement réservé aux guest de l’hôtel… On en a donc déduit qu’ici l’espace “privé” des clients des grands hôtels est mieux protégé que celui des tortues vertes…

Club Med Cherating (5)

Bref, nous profitons tout de même des beaux espaces libres tout autour de nous pour nos derniers jours de voyage. Le vent souffle régulièrement et nous apporte une relative fraîcheur mais nous restons le plus souvent à l’ombre. C’est fou cette humidité! On colle de partout, on sue, on pue, c’est horrible ! On prend une douche et 5 minutes après on dégouline déjà!!

Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (32)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (33)Divers- douche Pablo (1)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (39)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (44)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (46)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (59)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (1)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (4)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (24)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (26)Bivouac nord Cherating - sanctuaire tortues (27)

C’est le moment aussi de faire du rangement dans Harry et de préparer nos affaires à emporter, est-ce que tout rentrera dans nos valises fraîchement achetées ??!

Divers- Prépa bagages retour (2)Divers- Prépa bagages retour (1)

Allez un dernier plein d’eau et un dernier beau bivouac sur la côte est, une longue plage aux eaux extrêmement chaudes, surtout en fin de journée où il fait plus chaud dedans que dehors. On dirait un bon bain à 38°! Et pour finir nous avons le droit à une petite visite juste au-dessus du camping-car d’un joli calao, plus petit et aux couleurs différentes de celui de l’autre jour mais impressionnant quand même! Et cette fois j’ai pu le prendre en photo! Sourire

Dernier plein d'eau !! (1)Dernier bivouac plage  (11)Dernier bivouac plage  (2)Dernier bivouac plage  (9)Calo

Bon voilà, ça sent la fin et nos sentiments sont clairement partagés. On est hyper pressés de revoir tout le monde et de se lancer dans notre nouvelle aventure mais tristes aussi de mettre fin à cette vie de nomades libres! Enfin surtout pour Lola et moi, car Miguel arrive plutôt à saturation de la vie en camping-car! Quant à Pablo, et bien on aurait dû lui dire seulement la veille qu’on rentrait car il trépigne d’impatience depuis un mois déjà!

Mais notre retour dans le contexte actuel est clairement bizarre avec ce désormais très célèbre virus dont tout le monde parle! On a dû annuler le rassemblement de plus de 1000 personnes  prévu pour notre retour ! lol

Certes ce n’est rien face aux victimes malades ou décédées… mais notre petit monde de voyageurs est aussi bouleversé. Les frontières terrestres se ferment les unes après les autres. Certains sont déjà bloqués en Iran depuis quelques semaines, et d’autres maintenant se voient refuser l’accès à certains pays d’Asie. La traversée du Myanmar pour nos amis les Mollalpagas et Junarost a été annulée car les frontières indiennes se ferment, ils ne pourront donc pas continuer par la route et vont devoir eux aussi organiser un shipping (transport du camping-car par bateau)…

De notre côté nous avons juste reçu un mail nous informant des changements d’horaires de notre avion du 17 mars prochain. Pas assez de passagers, ils regroupent les vols. Espérons qu’il n’y aura pas d’autres changements d’ici là et que nous allons bien pouvoir rentrer!! Quant aux bateaux, idem! C’est un secteur économique lui aussi très touché par la crise que provoque la propagation du virus, donc les transporteurs annulent certaines escales et font des regroupements. Nous avons un peu stressé ces derniers temps car nous n’avions plus de réponse de personne pour confirmer le départ de notre maison roulante ni surtout le prix ! C’était ce point le plus stressant, car si stocker Harry n’est pas un problème, le budget d’un shipping est déjà assez énorme pour espérer qu’il n’augmente pas plus que d’habitude…

Bref, ces dernières semaines auront donc été assez éprouvantes émotionnellement, vous imaginez bien. Mais il y a deux jours nous avons reçu la confirmation que Harry pourra bien embarquer le 16 mars au même tarif que les devis qu’on avait avant (6000€ pour tout vous dire, c’est vraiment un trou dans le budget!). Mais comme c’est un lundi il faut qu’il soit chargé sur la plateforme avant le weekend… donc demain !

Voilà, nous avons fait 350km aujourd’hui pour rejoindre Kuala Lumpur, il est 7 heures de plus qu’en France, soit 23h00 passées, je vais faire comme le reste des PLEM, aller me coucher et essayer de dormir, pour la dernière fois à bord de Harry En pleurs. Il fait 31° dans ma chambre, vivement demain qu’on dorme dans un appart climatisé !!

@ bientôt !Clignement d'œil

7 commentaires sur « D’ouest en est, et d’est en ouest, on traverse la Malaisie! »

  1. merci pour ce long post; je ne connaissais pas le petit colugo !
    bon anniversaire -en retard- sympa le dessin de Lola !
    oui ça devient difficile de voyager ; j’avais lu hier le post des junarost qui sont coincés; ils vont devoir faire comme vous je pense … il me semble que c’était leur première intention mais qu’ils avaient changé d’avis…
    je vous souhaite un bon retour et surtout dites-nous ce que vous allez faire (gestion d’un camping ?)

    Aimé par 1 personne

  2. Bon retour ! Nous penserons bien à vous dans les jours qui viennent et nous attendrons les impressions sur votre future « nouvelle » vie ! Merci pour tous ces rêves que vous nous avez fait partager, depuis les Iles Lofoten où nous avions vu votre « maison » sur un parking !

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour
    Merci pour vos commentaires ,je suis comme vous concernant la pollution, j’ai moi aussi fait le même constat et cela m’a révolté quand on sait que tout fini dans la mer Que font les gouvernements de ces pays ?
    Bon retour
    JPaul

    Aimé par 1 personne

Répondre à NICOLE D'AGOSTINO Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s